The Weekend - After Hours
Culture,  Musique

The Weeknd : Mon avis sur le nouvel album After Hours

La sortie d’un nouvel album de The Weeknd est comme la venue d’un bon vin. On l’attend comme le messie tellement l’artiste aux 3 grammys et 2 American Music Awards nous a habitué a des chefs d’oeuvres.

De Trilogy en passant par Starboy, The Weeknd nous transporte à chaque fois à travers ses voyages et ses méandres sur des mélodies empreintes de voluptés.

Après les excellents Starboy et My dear Melancholy, où il revient sur ses relations amoureuses avec Selena Gomez et Bella Hadid, le nouvel album était plus qu’attendu. Et c’est ce vendredi 20 mars 2020 qu’Abel Makkonen Tesfaye (de son vrai nom) décide de balancer son chef d’oeuvre, en pleine période de confinement.

Un teasing savamment orchestré

Cependant The Weeknd a joué subtilement avec nos nerfs de cet engouement pour nous teaser au compte goutte cet album qui s’annonce plus electro pop que le précédent.

En sortant le premier morceau Heartless le 28 novembre 2019, The Weeknd annonce la couleur. En commençant par « Never need a bitch, I’m what a bitch need » on comprend que c’est l’album des règlements de compte. The Weeknd est de retour et son changement de style le prouve, Le The Weeknd Nouveau est de sorti (même si j’ai pas trop adhéré au début à ce style très Pablo Escobar lol! La moustache mec!!!).

A première écoute, le son rappelle de suite un de ces précédents morceaux. On reste dans son univers, dommage car perso j’attendais de la nouveauté (le The Weeknd Nouveau quoi!). Mais Heartless est très vite entrainant et j’ai écouté le son en boucle pendant 2 jours. On retrouve le génie de l’artiste dans ce morceau : sa voix et les instruments très tendances mais aussi avec un côté psychédélique.

View this post on Instagram

video out.

A post shared by The Weeknd (@theweeknd) on

Le deuxième morceau Blinding lights sorti le 29 novembre (jour du Black Friday) surfe sur la même vague. Un air et esprit reconnaissable de ces précédents albums mais une proposition qui plaît. Cette fois-ci l’artiste nous entraine dans un univers très 80’s faisant penser à un morceau de Duran Duran. Et c’est là que tout s’imbrique.

En effet, avec la sortie des deux clips qui se sont ensuivis, tout l’univers de cet album se dévoile. Tel un réalisateur de film, Abel nous emmène dans une ambiance digne des films de Martin Scorsese. D’abord on le suit déambuler à Las Vegas dans le clip Heartless, hommage aux films « Las Vegas Parano » et « Casino ». Puis c’est dans une virée nocturne qu’on retrouve un The Weekend maltraité dans le clip Blinding Light.

Et du coup, tout est clair ! Le look, l’univers des clips, les sonorités très 80’s de Blinding Lights annoncent une proposition d’album ultra léché. Et puis plus rien… Durant des mois, on ronge nos freins. Que se passe t’il ? A part un partenariat avec Mercedes pour sa nouvelle campagne publicitaire (je ne parlerai même pas de la voix française désastreuse qu’on lui a collé!), l’artiste se fait discret.

C’est qu’en Février 2020 avec les ventes de places de sa future tournée qui commencera le 11 juin 2020 que The weekend réapparait (et notre espoir aussi).

After Hours : Que vaut le dernier album de The Weeknd ?

After Hours sort le mois d’après le vendredi 20 mars 2020 et répond parfaitement à nos attentes. L’album ne nous déçoit pas et s’écoute sans modération.

De la pop indé au RnB alternatif, il y en aura pour tous les goûts. Avec ses 14 titres de 56 minutes, The Weekend revient aux sources. On retrouve les mélodies mélancoliques mais envoûtantes qui ont fait le succès de ses premiers albums.

The Weeknd nous appelle au voyage à travers le temps à coup de synthé et d’instru qui nous font rappeler les vibes des années 80’s. La direction artistique et les prods sont vraiment travaillés. Les morceaux s’enchaînent selon un ordre cohérent. L’album pourrait parfaitement passer pour une B.O. d’un film culte des années 80/90.

On apprécie l’univers musical proposé par crescendo. Les morceaux « Escape From LA », « In your Eyes » et « Save Your Tears » sont de réelles pépites. Mais là où The Weeknd finit en beauté, mieux en apothéose c’est avec le chef d’oeuvre « After Hours« . La justesse et la créativité de ce morceau ne vous laissera pas indemne.

En somme, The Weeknd nous offre un album comme il est le seul à le faire : un ovni subtil, mélodieux et inventif. Un vrai cadeau pour passer le temps en confinement.

Et toi, que penses-tu du nouvel album de The Weenknd ?

2 commentaires

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.